Couverture 62

Publié le par Eléanor (2nde 7)


COLLIOU--CLORENNEC_Eleanor_-_Image_couverture-copie-1.jpg

 

Je pense que la couverture que j'ai réalisée aurait pu servir de couverture à Tobie des marais. Effectivement, j'ai essayé de reprendre plusieurs scènes et sujets du roman. En premier lieu, j'ai choisi en fond le marais poitevin, plantant le décor et rappelant les références vues en classe. Par la suite, j'ai rajouté cette bouche, béante, hurlante, prête à engloutir les personnages du roman et faisant référence aux nombreuses disparitions des corps de la famille de Tobie et donc à la fatalité qui les accable, mais pas seulement. Elle symbolise également le cri largement abordé par Ragouël, cherchant désespérément à exprimer le désespoir et la souffrance qui pèse sur les épaules de sa fille de par sa malédiction, mais aussi un tunnel dans lequel s'engage le jeune Tobie encore enfant, sur lequel nous allons nous attarder. En effet, j'ai repris pour l'image de Tobie la scène du début, d'ailleurs indiquée dans le résumé : le petit garçon en ciré jaune, sur son tricycle, allant au diable, scène qui nous indique dès le départ la voie que suivra le roman, dramatique, tragique. Ainsi, le petit garçon livré à lui-même, retrouvé par un voyageur, suivra le même schéma par la suite : son père, handicapé par la mort de son épouse ne s'occupera pas de lui, et c'est encore Raphaël, dont on fera rapidement le rapprochement avec le dit passager se trouvant à bord de la camionnette, qui lui apprendra la valeur de l'amitié et de l'amour, sauvant finalement Tobie de lui-même. La lumière entourant la tête de celui-ci symbolise d'ailleurs toute la dimension religieuse du roman : semblable à une auréole, elle représente la sainteté, renvoyant encore à Raphaël, dont on se rendra vite compte qu'il est un ange, et donc au thème du roman, puisque Sylvie Germain s'est directement inspirée du livre de Tobie, livre biblique. Cette lumière représente aussi « la lumière au bout de tunnel », ce qui nous fait revenir au début de ce paragraphe. Aussi, cette bouche fait office de gouffre, de tunnel, symbolisant l'obscurité et la sombre histoire de la famille de Tobie. Gouffre dans lequel le petit garçon s'enfonce mais d'où le jeune homme trouvera finalement la sortie en la personne de Sarra, grâce à l'aide précieuse du protecteur des voyageurs. C'est pourquoi je pense que ma couverture pourrait être représentative du roman de Sylvie Germain.

 

 

Sources des images :

image 1

image 2 

image 3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article