Couverture 60

Publié le par Yann (2nde 7)

VICARIOT Yann Couv

 

 

 

La dimension référentielle :

Cette couverture renvoie au moment de l’histoire où Raphaël quitte Tobie. Dans le livre de Tobie, livre de la Bible dont le roman est une adaptation, Raphaël est un ange. Il est le patron des « voyageurs sur terre, sur mer et dans les airs ». Dans le roman, il guide le jeune Tobie dans son voyage à Bordeaux. Une fois ce périple mené à bien, il quitte Tobie de façon mystérieuse. Son ombre s’étire, dorée, « pareille à un rai de lumière filtrant à travers le feuillage d’un tilleul au printemps ». Sur la couverture, Raphaël est représenté par deux simples ailes d’ange qui s’éloignent, montrant le départ de l’ange. La scène est entourée d’arbres, représentés par le vieil arbre sur la gauche.


La dimension symbolique :

Le roman est basé sur une lourde histoire de famille, détruite par des morts brutales. Le grand arbre mort, brulé, représente la famille de Tobie, privée de la majorité de ses membres. C’est un arbre généalogique creux, sans avenir. Tobie est plongé dans le plus grand désarroi depuis les morts récentes de sa mère et de son arrière grand-mère, mais Raphaël lui apprend à ne pas s’enfoncer dans la solitude, à ne pas refouler les souvenirs douloureux. Il guide Tobie jusqu’à Sarra, et relance ainsi l’avenir de la famille. Raphaël est au milieu de la couverture pour montrer l’importance du rôle qu’il joue dans l’histoire. Il s’en va, laissant derrière lui cette jeune plante qu’il vient lui-même de planter, et qui représente une nouvelle vie, une nouvelle famille pour Tobie et Sarra. Un contraste net est fait entre le vieil arbre sans couleur, placé à gauche, symbole du passé, et la jeune plante verte, placée à droite, tournée vers l’avenir. L’ange a permis à Tobie de passer de l’un à l’autre.

 

Sources des images :

image 1 

image 2 

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article